Mission escape game au musée !

Escape

On continue nos sujets fun et "summer vibes". Aujourd’hui nous allons parler d’escape games au musée et dans les autres sites patrimoniaux, que vous allez peut-être tester pendant les vacances estivales.

L’objectif de ce podcast et de cet article de blog est d’analyser ensemble cette tendance, de vous donner de l’inspiration et de vous aider à en créer un à votre tour avec quelques tips !

Challenge accepted ? 

 

Un escape game c'est quoi au juste ?

✨ Commençons par le commencement. L’escape game est né au Japon en 2012.

✨ Il s’agit d’un jeu d’évasion et d’aventure grandeur nature à destination des adultes et des ados à partir de 14/16 ans dans le concept de base. Il faut résoudre une énigme en un temps limité (60 min dans la majorité des cas), en groupe.

✨ Les escape games peuvent être physiques dans un décor avec des manips ou numériques via des applications ludiques. Ils peuvent être aussi phygitaux lorsqu’on mixe des éléments physiques et numériques. Il existe aussi des escape games en jeux de société qu’on peut faire à la maison ou dans le cadre d’un atelier proposé par votre équipement.

✨ L’escape game fait partie de l’industrie des loisirs et du divertissement mais ce phénomène gagne le domaine de la culture et des musées depuis 4 bonnes années environ, depuis 2017.

✨ Alors pourquoi ? C’est en lien, en réalité avec une démarche de ludification, de gamification, de la culture et des musées qui a pour objectif de créer une expérience + fun, + engageante, + conviviale, + VIP, + personnalisée, + accessible aussi pour les publics ! 

 

18 ingrédients pour un escape game dans les règles de l'art

 

1er ingrédient : un scénario

Proposer un escape game consiste à proposer une mise en histoire d’un thème autour d’une intrigue séduisante et palpitante. Le storytelling est essentiel pour engager les joueurs dans leur mission et les inciter à réaliser les énigmes pour gagner et faire basculer la situation. En effet dans un escape game, les participants sont face à une crise et ils doivent trouver la solution pour en sortir, pas forcément d’une pièce où il sont enfermées mais d’une situation « sans issue ».

2e ingrédient d’un escape game : une issue

Enfermer les participants n’est pas une obligation mais la conclusion de l’expérience doit être captivante et mémorable !

3e ingrédient : l’indroduction

Vous devez proposer une introduction au jeu de format audiovisuel de préférence (vidéo ou audio) ou à défaut textuelle qui va planter le décor et expliquer votre intrigue et la mission des joueurs. Elle doit être dynamique, courte et claire.

4e ingrédient : l’organigramme

Lorsque vous l’imaginez, créer un schéma du scénario qui montre la vue d’ensemble du jeu et simule l’arbre des décisions qui s’offre aux joueurs.

5e ingrédient en effet pour un bon escape game, c’est l’imbrication

Il est préférable d’éviter les scénarii linéaires. L’imbrication des énigmes favorise la collaboration entre les joueurs car ils doivent se partager les actions pour y parvenir et respecter le timing.

6e ingrédient : des énigmes variées

Elles permettent de vaincre la monotonie du jeux. Puzzle, cadenas, fouille, manip + complexes…

7e ingrédient : des étapes

Imaginez votre scénario de jeu avec différentes étapes, chapitres d’histoires. Les étapes motivent et stimulent les joueurs en leur donnant un sentiment de réussite et de progression.

8e ingrédient : des consignes

Il faut réduire les consignes au maximum afin de permettre de développer l’intelligence des joueurs au cours de l’intrigue. Les énigmes restent toujours ouvertes.

9e ingrédient : un maître du jeu

Que votre jeu soit numérique, physique ou phygital, c’est toujours un gros + d’avoir un maître du jeu qui est l’organisateur, le guide et le maître du temps. Il veille aussi à la sécurité. Je sais que ce point est souvent le point noir pour les structures mais c’est essentiel que je vous dise que c’est l’un des ingrédients d’un escape game au top du top où il n’y a pas d’autonomie totale des joueurs livrés à eux même du début à la fin. Il peut être un médiateur, un agent d’accueil déguisé par exemple qui ajoute un petit + au storytelling et à l’expérience.

10e ingrédient : les coups de pouce

Prévoyez des aides ponctuelles. Lorsque vous créez votre escape game, il faut anticiper les besoins et les égarements des particpants en créant des aides qui compensent l’absence de consignes : bref donnez des indices en cours du jeu !

11e ingrédient : le plaisir

L’important est de faire plaisir aux participant et de se faire plaisir en créant le jeu. Amusez-vous !

12e ingrédient : la fouille

Cacher des indices (mais pas trop) obligent les joueurs à se répartir les tâches dans l’espace réel ou virtuel.

13e ingrédient : les cadenas

Ce petit accessoire mécanique ou digital, à code ou à clé, allient réflexion, manipulation et suspense. Leur ouverture est à effet jubilatoire.

14e ingrédient : les puzzles

Ce sont des énigmes simples et classiques à mettre en œuvre et qui marchent à tous les coups car ils participent au sentiment de réussite. Les pièces peuvent être cachées puis à combiner !

15e ingrédient : les effets spéciaux

Ils participent à l’atmosphère. Une simple bande son peut suffire mais on peut aussi utiliser de la réalité augmentée par exemple !

16e ingrédient : les décors

Ils peuvent être réels avec un arrière-plan graphique, la création d’une saynète avec des mobiliers, des accessoires chinés par ex pour créer un décorum original. Ou bien le décor peut être virtuel. Quoi qu’il en soit, les décors doivent être cohérents avec le scénario et contribuer à l’atmosphère. Les objets cachés ou à manipuler doivent être bien identifiables.

17e ingrédient : un debriefing

Un bon escape game doit prévoir un après-jeu et un debriefing à chaud pour récompenser les joueurs et pour les inciter à rééssayer en cas d’échec de la mission. C’est aussi important d’apporter la conclusion du jeu qui doit être mémorable et personnalisée pour les participants avec un scénario victoire, un scénario défaite a minima. Vous pouvez aussi proposer un profil en fonction du résultat. Par ex : prévoir une conclusion vidéo voire phygitale : on scanne un code, une clé d’activation formée lors du jeu, et on découvre notre résultat avec surprise, machine à fumée et cie.

Et enfin 18e ingrédient : le test

Testez impérativement votre jeu avec des groupes test de différents profils aux différentes étapes de conception en mode démarche design. Tester le jeu permet de vérifier sa faisabilité (temps et difficultés des énigmes) même si chaque équipe est différente !

 

 

N'abandonnez pas l'idée d'un escape game si un ingrédient vous fait peur !

 

Chevron  Il y a différentes manières d’intégrer un escape game dans un parcours muséal et patrimonial. Vous êtes libres d’utiliser les ingrédients que vous voulez des escapes games dans les 18 énumérés. Vous pouvez le penser comme un parcours aventure que le visiteur peut réaliser en autonomie dans un espace d’exposition plus ou moins circonscrit.

Chevron Vous pouvez créer un décor ou pas, y mettre des effets spéciaux ou pas, laisser les visiteurs en autonomie ou pas... Penser votre escape game en mode physique, phygital ou numérique en fonction de vos contraintes et de ce que vous avez envie de créer comme expérience.

Chevron  Bref, imaginez des expériences "inspiration escape game" pour pimper votre équipement et exposition.

 

Quelques exemples inspirants

 

Mes coups de coeur

Heart 1 Les fantômes de Malraux au Grand Palais (numérique)

Heart 1 L'escape game du Musée océanographique de Monaco 

Heart 1 Panique au musée au Musée d'art et d'histoire Paul Eluard

Heart 1 Secret intégraal au coeur du château de Mayenne en 2019

Heart 1  L'escape game "Cluedo" du Musée Labenche en 2020

Heart 1 L'escape game Assassin’s Creed au musée de la Légion Etrangère en 2019

 

Ressources en ligne utiles

✨ L'article de Club innovation culture en accès ci-contre

✨ L'article de Beaux-Arts magazine

 

 

Votre défi "cahier de vacances"

✨ Prenez 15 min avec une feuille, une page de carnet : imaginez le pitch d’intrigue de votre escape game. Il peut avoir lieu dans votre musée ou dans un super équipement, musée, château, que vous avez visité récemment ou que vous prévoyez de visiter cet été.

✨ Imaginez ensuite la fin mémorable avec le scénario victoire et le scénario catastrophe. Et s’il vous reste qq minutes, imaginez 3 énigmes pour cette enquête : cadenas, puzzle, effets spéciaux à vous de choisr. Et si le cœur vous en dit et bien imaginez le scénario complet comme exercice d’application cahier de vacances.

✨ Et si l’envie se fait sentir de créer ce type d’expérience fidèle au concept escape game ou d’inspiration pour votre équipement et que vous avez besoin d’aide dans cette démarche de ludification et bien je suis à votre disposition !

muséologie musée innovation gamification musée ludique accessibilité inclusion tendances

Précédent : Quel visiteur de la série "Friends" êtes-vous ?   Suivant : Les bébés au musée avec Weartfamily